21 mai 2018

Les serres-aquariums à Victoria Regia

Au 19e siècle, parmi toutes les plantes que l’on rapporte de l’autre bout du monde, il y en a une particulièrement difficile à acclimater que l’on rêve d’avoir dans son jardin : la Victoria amazonica (ou Victoria regia).

Cette plante aquatique tropicale de la famille des nymphéacées, aux larges feuilles flottantes pouvant atteindre 3 mètres de diamètre et aux fleurs magnifiques, nécessite beaucoup de lumière, d’humidité et de chaleur. Elle est découverte en 1801 en Bolivie par le botaniste Thaddäus Haenke (après l’expédition Malaspina).

Victoria_endroit_2

Victoria amazonica

Comme on l’a vu dans l’article sur l’origine des serres, la question de reproduire ces conditions climatiques se voit résolue à partir des années 1830, date à laquelle on commence à construire les premières serres monumentales (voir aussi l'article sur les serres du jardin des plantes) : amélioration des techniques de construction en fer, accroissement de la superficie des baies vitrées, conception de systèmes de chauffage par thermosiphon, qui transporte de l’eau ou de la vapeur d’eau et permet un chauffage plus efficace et plus constant que les poêles.

C’est le Royaume-Uni qui va arriver en premier à acclimater ces plantes. Le duc de Devonshire et le duc de Northumberland se lancent dans une course effrénée pour faire fleurir en premier la Victoria amazonica. Le premier détient notamment, sur son domaine de Chatsworth, la Great Stove, serre monumentale construite par Joseph Paxton et Decimus Burton entre 1836 et 1841. Le second possède quant à lui le domaine de Syon House, où se trouve la très belle serre-orangerie datant de 1827.

Great Stove   Syon Park

La Great Stove de Chatsworth (Joseph Paxton et Decimus Burton, 1836) et la serre de Syon Park (Charles Fowler, 1827)

Les premières graines de Victoria amazonica qui arrivent en 1846 ne germent pas. Il faut attendre le second lot provenant de Bolivie et rapporté en 1847 pour le compte du domaine royal de Kew pour obtenir des résultats significatifs. Joseph Paxton obtient de Kew quelques graines, qu’il arrive à faire germer au domaine de Chatsworth dans une petite serre et son bassin construits pour l’occasion. En deux mois, les feuilles atteignent 1,20 mètre de diamètre. La plante grossit tellement qu’il faut la changer plusieurs fois de bassin. Enfin, le 9 novembre 1849, la première fleur éclot.

Chatsworth_Victoria_Regia_LIN_1849-

« On unbent leaf in fairy guise, Reflected in the water, Beloved, admired by hearts and eyes, Stands Annie, Paxton's daughter... » La fille de Joseph Paxton se tient sur une feuille de Victoria dans le bassin spécialement conçu pour la plante, à Chatsworth (journal daté du 17 novembre 1849).

Les jardins botaniques royaux de Kew ne tardent pas à voir fleurir leurs propres plantes, le 21 novembre 1849, et à Syon House, on réussit également à faire fleurir les Victoria, et à maintenir la floraison sur une longue période. L’impact de ces premières floraisons est tel que le 15 novembre, le duc de Devonshire offre sa première fleur à la reine Victoria et lui donne son nom en son honneur. Quant à Joseph Paxton, Il s’inspirera, dit-on, de la forme nervurée de la feuille de Victoria pour dessiner son futur Crystal Palace en 1851.

1851_Crystal-Palace   Victoria_envers_2

La façade du Crystal Palace en 1851 (Joseph Paxton) et l’envers d’une feuille de Victoria.

Il faut un réceptacle pour ces plantes magnifiques. Joseph Paxton s’emploie à concevoir une structure plus conséquente et plus pérenne pour la Victoria regia (environ 16 mètres de côté). À Kew, la serre des nénuphars (Waterlily House) est construite en 1852 par Richard Turner (les premières floraisons ont dû se faire dans la Palm House, construite en 1848). La conception des deux édifices est assez similaire : bassin rond et édifice carré.

Chatsworth_Joseph-Paxtons-purpose-built-Victoria-regia-House-11

Plans de la serre prévue par Joseph Paxton pour le domaine de Chatsworth (1849-1850) : environ 18,5×16 m.

Kew_waterlily

La Waterlily House de Kew, construite par Richard Turner en 1852 : 14×14 m et 6 m de haut.

Un peu partout, on se met à construire des « serres-aquariums », à savoir des serres surchauffées contenant un bassin central. À Paris, selon Yves-Marie Allain dans son ouvrage Une histoire des serres, Charles Rohault de Fleury, l’architecte du jardin des plantes qui a construit les serres en 1836, visite lors de son second voyage en Angleterre (1851) les serres de l’horticulteur Perry, près de Londres, et relève des données précises des températures à l’intérieur de la serre à Victoria : celle de l’air de l’ordre de 33 °C (ne descendant pas en dessous de 24 durant la nuit), celle de l’eau à 28 °C. Il fait alors construire la serre-aquarium du jardin des plantes à Paris en 1854, sur la terrasse située devant les serres courbes de l’époque. Cette serre n’existe plus aujourd’hui (il faut noter qu’à cette époque, la grande galerie de zoologie n’existait pas encore, pas plus que le premier jardin d’hiver monumental de Jules André, construit en 1889 et qui sera remplacé par le jardin d’hiver de René-Félix Berger en 1936).

Jardin des plantes_jardin d'hiver

Les serres du jardin des plantes de Paris dans les années 1920. Les pavillons de Rohault de Fleury sont au fond, la serre de Jules André se trouve à droite. La serre à gauche sur la photo pourrait être celle ayant abrité les Victoria amazonica.

Si les bassins sont d’abord rectangulaires, la forme ronde, qui fait écho aux feuilles de la plante, est rapidement utilisée. On conçoit alors la serre dans son ensemble de manière circulaire ou polygonale, surtout en Europe, où la première fleur de Victoria éclot le 5 septembre 1850 dans les serres de Louis van Houtte, à Gand (Eduard Ortgies , responsable des Victoria regia chez van Houtte, travaillait en 1849 avec Joseph Paxton au domaine de Chatsworth et a supervisé la toute première éclosion). La serre ronde n’est pas une idée nouvelle : John Claudius Loudon, botaniste et auteur de nombreux ouvrages sur l’horticulture, en a dessiné différents modèles dès 1817 (et on savait déjà faire des dômes en armature de fer, il suffit de voir celle réalisée pour la halle au blé de Paris, en 1811-1812).

1817_Loudon02

Plans de serre en forme de dôme par John Claudius Loudon dans son Remarks on the construction of hothouses, 1817.

La structure type consiste en une base en maçonnerie, d’environ 1 mètre de haut, qui soutient la structure métallique, cette dernière pouvant être curviligne (dôme plus ou moins écrasé ou étiré) ou droite (conique ou en forme de chapiteau : un cylindre plus ou moins haut soutenant un toit conique, parfois surmonté d’une lanterne). Ainsi, l’architecture de l’édifice, vu du dessus (ou de dessous), rappelle la forme même des feuilles de Victoria. Entre le bassin central et la paroi vitrée, le passage est généralement étroit, de l’ordre de 1 mètre. Dans certaines serres, comme celle de Bary à Strasbourg, un second bassin torique, épousant le pourtour intérieur de la serre, englobe le bassin central et la voie de circulation. Celui-ci accueille généralement nymphéas et autres plantes aquatiques.

Strasbourg_Serre_dodécagonale_de_Bary02

Plan en coupe de la serre de Bary, au jardin botanique de l’université de Strasbourg (1884, Hermann Eggert). Cette serre ronde, qui n’a jamais été profondément modifiée, est la seule encore debout en France.

Lyon_Parc de la tête d'or_agrandissementVictoria

Plans en coupe et en élévation de la serre Victoria du Parc de la Tête d’Or (Lyon), construite en 1888, puis agrandie en 1929 pour accueillir le bassin périphérique (date du plan), avant d’être rasée et reconstruite en 1982 (les bassins sont conservés mais la nouvelle structure diffère fortement avec les lignes curvilignes du plan originel).

La plus emblématique de ces serres-aquariums est celle d’Alphonse Balat, l’architecte de la Cour de Léopold II, construite en 1854 dans le parc Léopold à Bruxelles. Elle s’appelle à l’époque « Serre à Victoria » ou « serre couronnée » en raison de sa lanterne ouvragée. Son plan est octogonal, chaque côté étant coupé par une large baie en arcade. La serre est ensuite déménagée au jardin botanique de Bruxelles (là où se trouve l’Orangerie, actuellement nommée Le Botanique), puis en 1941 dans le nouveau jardin botanique de Meise. Elle ne contient plus de Victorias, qui sont actuellement à l’intérieur du gigantesque palais des plantes, réalisé en 1958 (dans sa partie hexagonale en saillie). Alphonse Balat, quant à lui, s’est fait les armes avec cette petite serre avant de s’attaquer à l’édifice monumental de Laeken.

Meise_Serre Balat

La serre d’Alphonse Balat (1854) sur son site actuel. Elle ne contient plus de plantes aquatiques et est un peu décentrée dans le grand jardin botanique de Meise, mais elle reste accessible.

Il devait y avoir beaucoup de ces petits édifices ronds au 19e siècle, mais la plupart ont disparu, sans doute à cause de leur architecture fragile. Voici une petite collection de ce que j’ai pu retrouver au fil de mes recherches. Les légendes sont en gris quand il s'agit de serres qui n'existent plus.

Serres-aquariums

Sources (entre autres) :
» Gallica et HathiTrust (pour les textes anciens de Loudon etc.)
» bio-scene.org
» Yves-Marie Allain, Une histoire des serres
» Page Wikipedia (en) de la Victoria amazonica
» David Nielsen, Victoria regia's bequest to modern architecture


24 mai 2015

Serres : Panorama et comparaison des dimensions au sol

Voici un petit comparatif des principales serres du monde du 19e siècle et du début du 20e siècle, classées par pays. Le but n'est pas ici uniquement de savoir laquelle est la plus grosse, mais de pouvoir se faire une idée de la taille d'un bâtiment par rapport à un autre. Je suis parti de mes impressions quand j'ai visité les serres royales de Laeken, à Bruxelles, puis celles de Kew, à Londres. Ces bâtiments énormes sont fascinants, et je dois dire qu'on manque en France d'équivalents. Pour le premier, c'est toute une ville de serres dans laquelle on peut déambuler. On peut marcher plus d'une heure sans avoir à ressortir du complexe. Dans le second, c'est avant tout le caractère majestueux (surtout la Palm House) des édifices placés au beau milieu d'un parc énorme, qui fait surtout de l'effet.

Ne sont représentées ici que les serres "anciennes" (des serres modernes, comme le Eden Project de Cornwall, seront peut-être ajoutées par la suite, pour comparaison). Il n'était pas toujours évident de récupérer les informations suffisantes de tous les bâtiments (longueur, largeur, hauteur) ; les schémas sont établis à partir de vues satellites. La liste est loin d'être exhaustive ; je complèterai ce listing au fil de mes découvertes et de vos éventuels retours. Il s'avère que certains sites, comme les serres de Bonn, de Francfort ou encore de Moscou, que je n'ai jamais visités, sont restés pour le moment nébuleux : quels sont les bâtiments anciens, quels sont ceux plus récents ? Ils ne sont donc actuellement pas présents dans ce comparatif. Pour les sites représentés ici, des ajustements seront sans aucun doute à prévoir. Il est possible que j'aie intégré certains éléments plus récents qui ne devraient pas faire partie de ce comparatif (certains sont volontairement intégrés mais les dates de construction ou reconstruction sont précisées). Le risque est d'autant plus grand pour un site vaste et complexe comme celui de Saint-Pétersbourg. Il y a aussi le cas des édifices qui ont été grandement remaniés au fil du temps : rénovations, consolidations, reconstructions complètes (en général du bois vers le métal), déplacements... La majeure partie des serres du 19e siècle ont subi maints remaniements. Peut-on encore dire pour certaines que ce sont les bâtiments d'origine ? Vérifier que les plans d'origine ont bien été respectés au fil des rénovations n'est pas du tout une chose évidente avec les maigres informations que j'ai récupérées sur le Net...

Sont également présentes, quand les informations à leur sujet les permettent, des serres qui ont disparu aujourd'hui. C'est notamment le cas des serres de Strasbourg ou du Jardin d'acclimatation.

Serres_carte du monde
Carte en cours de mise à jour
(Cliquer sur la carte pour la voir en plus grand)

Voici la liste des serres actuellement présentes dans ce comparatif, classées par ville par ordre alphabétique (en gris les serres disparues) :

  • Adelaide (Australie) : Palm House (<1875?), au Botanic Garden
  • Alton (Royaume-Uni) : Great Conservatory (1827), au Alton Towers Gardens (intégrés au parc d'attractions Alton Towers Resort)
  • Amsterdam (Pays-Bas) : Serre des palmiers (1912), au Hortus Botanicus
  • Baltimore (États-Unis) : Druid Hill Park, Conservatory (1888)
  • Bangalore (Inde) : serre des jardins botaniques de Lal Bagh (1898)
  • Bangalore (Inde) : serre du Bangalore Palace (1878?)
  • Barcelone (Espagne) : Hibernaculum (1884) et Umbraculum (1883, qui n'est pas vraiment une serre car sans surfaces vitrées), au Parque Ciutatella
  • Barnsley (Royaume-Uni) : Victorian Conservatory du château de Wentworth (1886)
  • Belfast (Royaume-Uni) : Palm house Conservatory (1840), au Belfast Botanical Gardens
  • Berlin (Allemagne) : Grossem Tropenhaus (1907), au Botanisher Garten
  • Berlin (Allemagne) : ancienne Grossem Tropenhaus (1858-?), dans l'ancien Botanisher Garten (Schöneberg)
  • Berlin (Allemagne) : serre de Pfaueninsel (1831-1880)
  • Berlin-Postdam (Allemagne) : orangerie du parc Klein-Glienick (1837, une orangerie aux parois curvilignes, presque comme une serre)
  • Bicton (Royaume-Uni) : Palm house (1820s), au Bicton Park Botanical Gardens
  • Birmingham (Royaume-Uni) : Mediterranean (1884), tropical 1851) et subtropical houses (1871), au Birmingham Botanical Gardens
  • Bordeaux (France) : anciennes serres du Jardin botanique (1855-1931)
  • Boulogne-Billancourt (France) : Serre du jardin Albert-Kahn (1895)
  • Buffalo (États-Unis) : Buffalo and Erie County Botanical Gardens, Conservatory (1900)
  • Bruxelles (Belgique) : L'orangerie (1829), au Botanique (qui n'est plus une serre)
  • Bruxelles (Belgique) : Serres royales de Laeken (1873), au Château de Laeken (à voir aussi ici)
  • Budapest (Hongrie) : Grande serre (1866?), au Jardin des plantes
  • Canandaigua (États-Unis) : Sonnenberg Gardens and Mansion State Historic Park, Conservatory (1903/1915)
  • Cassel (Allemagne) : Grosses Gewachshaus (1822 puis 1888), au Bergpark Wilhelmshöhe
  • Castle Ashby (Royaume-Uni) : Orangery (1872), au Castle Ashby House
  • Chatsworth (Royaume-Uni) : Great Stove (1837-1920) et Conservative Wall (1848)
  • Chicago (États-Unis) : Garfield Park, Conservatory (1907)
  • Chicago (États-Unis) : Lincoln Park, Conservatory (1892)
  • Colombus (États-Unis) : Franklin Park Conservatory and Gardens, Conservatory (1895)
  • Copenhague (Danemark) : Palmehuset (1874), au Botanisk Have
  • Darjeeling (Inde) : serre du Lloyd's Botanical Garden (1878?)
  • Detroit (États-Unis) : Belle Isle / Anna Scripps Whitcomb, Horticultural Building (1904)
  • Dublin (Irlande) : Curvilinear Range (1848) et Palm house (1862), du National Botanic Gardens
  • Dresde (Allemagne) : serre du château de Pillnitz (1859)
  • Edimbourg (Royaume-Uni) : Temperate palm house (1858), au Royal Botanic Gardens
  • Erfurt (Allemagne) : Palmenhaus (1888-1934) (reconstruite en 1988 pour servir de galerie d'art et de salle de réception)
  • Florence (Italie) : Tepidarum (1880), au Giardino dell'Orticultura
  • Genève (Suisse) : Jardin d'hiver (1911) et serre tempérée (1987), au Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève
  • Genève (Suisse) : serre ancienne (1858) et serres plus récentes, au château de Pregny (Rothschild/Conservatoire et Jardin botaniques de la ville de Genève)
  • Glasgow (Royaume-Uni) : Kibble Palace (1873) et Main Range Glasshouses (1878), au Botanic Gardens (à voir aussi ici)
  • Helsinki (Finlande) : Serre des palmiers (1889), au Jardin botanique de l'université d'Helsinki (Kaisaniemi)
  • Lednice (République Tchèque) : Serre curviligne (1845), au Domaine de Lednice
  • Liège (Belgique) : Serres (1841), au Jardin botanique (dont une partie a disparu)
  • Liverpool (Royaume-Uni) : Palm house (1896), au Sefton Park
  • Liverpool (Royaume-Uni) : Conservatory (1870-1940), au Wavertree Botanic Gardens
  • Londres (Royaume-Uni) – Hounslow : Conservatory (1820), au Chiswick House
  • Londres (Royaume-Uni) – Hounslow : Syon Park Conservatory (1827), au Syon Park
  • Londres (Royaume-Uni) – Richmond upon Thames : Temperate house (1859), Palm house (1848) et Waterlily house (1852), au Royal Botanic Gardens de Kew (à voir aussi ici)
  • Londres (Royaume-Uni) – Forest Hill : Conservatory (1894), au Hornimam Museum
  • Longwood (États-Unis) : Longwood Gardens, serres (1921)
  • Lyon (France) : Grande serre (1865), petites serres (1899), serre hollandaise (1859), serre victoria (1888) et serre de Madagascar (1899), au Parc de la Tête d'Or
  • Madrid (Espagne) : Palacio de Cristal (1887), au Parc du Retiro (qui n'est plus une serre)
  • Meise (Belgique) : Palais des plantes (1958) et serre Balat (1854), au Jardin botanique Meise
  • Metz (France) : serres du jardin botanique du parc de Frescatelly (1861)
  • Nantes (France) : Palmarium (1899) et serre de l'île au palmiers
  • New York – Bronx (États-Unis) : Enid A. Haupt Conservatory (1902), au New York Botanical Garden
  • New York – Brooklyn (États-Unis) : Palm House (1910), au Botanic Garden (qui n'est plus une serre)
  • Paris (France) : Jardin d'hiver (1860-1969) et Palmarium (1893-1934) du Jardin d'acclimatation
  • Paris (France) : Grandes serres (1836) et serre des forêts tropicales humides (1930), au Jardin des plantes (Muséum national d'histoire naturelle)
  • Paris (France) : Palmarium (1898), au Jardin des serres d'Auteuil
  • Paris (France) : serre du jardin botanique de la Faculté de pharmacie de Paris (1884)
  • Pittsburg (États-Unis) : Phipps Conservatory and Botanical Gardens, Conservatory (1893)
  • Rennes (France) : serres du Parc du Thabor (1862-1944)
  • Saint Paul (États-Unis) : Como Park Zoo and Conservatory, Marjorie McNeely Conservatory (1915)
  • Saint-Pétersbourg (Russie) : serres (1824) au Jardin botanique de l'Institut de Komarov
  • San Francisco (États-Unis) : Golden Gate Park, Conservatory of Flowers (1878)
  • Seattle (États-Unis) : Volonteer Park, Conservatory (1893)
  • Stockholm (Suède) : Serre Victoria (1900), au Bergius Botanic Garden
  • Strasbourg (France) : Grande serre (1884-1958), et serre victoria de Bary (1884), au Jardin botanique de l'université de Strasbourg
  • Stuttgart (Allemagne) : Maurisches Landhaus (1846), au Jardin botanique et zoologique Wilhelma
  • Talence (France) : serres du Jardin botanique universitaire de Talence (1886)
  • Toronto (Canada) : Conservatory (1910), au Allan Gardens
  • Vienne (Autriche) : Palmenhaus (1882), au Château de Schönbrunn (à voir aussi ici et ici)
  • Vienne (Autriche) : Palmenhaus (1901), au Burggarten, Hofburg Palace (aujourd'hui un café)
  • Washington (États-Unis) : Conservatory (1933), au United States Botanic Garden, et ancienne Greenhouse (1867-?)
  • Westmount (Montréal, Canada) : Greenhouse au Parc Westmount (1927)
  • Winston-Salem (États-Unis) : Reynolda Gardens of Wake Forest University, greenhouse (1913)

Edit du 15/06/2017 : au fil des mises à jours, le listing est devenu très long et très lourd à charger. Sur cet article n'est plus représenté qu'un aperçu du comparatif. Pour consulter la page contenant l'intégralité de l'étude, cliquez sur cette icône :

serres_comparaison_trailer

Aperçu du comparatif des serres (cliquer pour voir en grand)

 

Je vous conseille également ce superbe ouvrage, avec de grandes photos et plein d'infos, même si les serres qui y sont présentées ne sont pas toutes anciennes :

Les Serres, Actes Sud

Ainsi que celui-ci, qui reprend toute la genèse des serres, avec pleins de documents d'époque, plans, gravures... (oui oui, c'est bien le Crystal Palace en couverture !) :

Une histoire des serres