25 février 2017

La galerie des machines de 1889

Fiche galerie des machines

1889_galerie des machines16

Depuis que ce site existe, le mot-clé le plus utilisé pour s'y rendre est "galerie des machines", or je n'ai jusqu'à présent jamais fait d'article exclusivement consacré à ce bâtiment emblématique des Expositions universelles de Paris (jusqu'à présent uniquement quelques photos et peintures montrant essentiellement l'ampleur du bâtiment). Voilà de quoi y remédier.

Des galeries des machines, il en a existé un certain nombre avant 1889. Il y en avait déjà une à l'Expo de 1855, la première française. C'était une galerie assez étroite, mais faisant 1,2 km de long, placée sur les bords de la Seine, derrière le Palais de l'industrie. On en parle dans cet article sur l'Expo de 1855, et on la revoit dans la comparaison des palais des Expos.

Le nom "galerie des machines" a été utilisé par la suite pour nommer tout palais ou édifice qui rassemblait les différentes inventions dans les domaines industriel et technique (moteurs, machines à vapeur, etc.). En 1878, ce sont deux vastes bâtiments qui jouxtent le gigantesque Palais du champ de Mars. Mais l'édifice construit pour l'Exposition universelle de 1889 restera dans les mémoires pour ses prouesses architecturales et ses dimensions hors du commun, s'accaparant définitivement cette dénomination.

1889, c'est bien sûr la Tour Eiffel, mais c'est aussi le Palais des Beaux-Arts et celui des Arts libéraux, construits par Jean Camille Formigé (l'architecte des Serres d'Auteuil), et le Palais des industries diverses, par Joseph Bouvard, avec son dôme central aux lumineuses ossatures métalliques peintes en bleu, qu'on a déjà vu dans cet article. Un passage, la galerie de 30 mètres, le relie à un autre dôme, vu dans cet article, qui lui-même flanque un vaste édifice installé sur toute la largeur du Champ-de-Mars, juste en face de l'Ecole militaire : la Galerie des machines.

1889_Etat actuel (oct 1888) des travaux_in L’Exposition de Paris-Librairie Illustrée

Vue générale de l'Exposition universelle de 1889. On distingue de gauche à droite le Palais du Trocadéro à gauche (1878), la Tour Eiffel centrale, les deux palais de Formigé de chaque côté du Champ-de-Mars, puis le Dôme central, diverses galeries latérales, et enfin l'imposante Galerie des machines
(in L'exposition de Paris, Librairie illustrée)

1889_Exposition_universelle_Plan-guide_de_l'exposition_[

Plan de l'Exposition universelle de 1889. La Galerie des machines est ici tout à gauche. La majorité du Champ-de-Mars est recouvert des palais et pavillons de l'exposition
(Document Gallica.bnf.fr)

La galerie des machines est un exploit architectural aux proportions inégalées à l'époque. Il s'agit d'un immense hall sans appui intérieur, constitué de 20 fermes triangulées en acier, articulées aux pieds et au faîtage, une technique habituellement utilisée pour les grands ponts. Du fait de ces pivots à leurs pieds, les arches sont plus fines à la base qu'à leur sommet, ce qui donne toute l'originalité à l'édifice et à son architecture. Certains trouvèrent à l'époque l'ensemble peu élégant et donnant une étrange impression de fragilité et d'instabilité. D'autres saluèrent la légèreté de l'édifice et l'immensité de son espace intérieur. Vide, la galerie des machines semble léviter au-dessus du sol, tant ses pieds sont discrets.

1889_Galerie des machines vide

L'espace intérieur, vide, de la Galerie des machines. La hauteur de la voûte comparée aux minuscules formes humaines au centre renforce l'aspect gigantesque de l'édifice
(photo Chevojon, 1889)

1889_Galerie des machines_construction plan

Plan de la Galerie des machines et détail de l'installation des pieds articulés des fermes

1889_Galerie des machines_construction plan 2

Installation des demi-fermes (on distingue sur ces plans l'articulation du faîtage reliant chaque moitié des fermes)

1889_Galerie des machines_elevation

Détail et dimensions des fermes

1889_entree-galerie-des-machines

Plan en élévation de la façade

Ainsi, avec une portée record de 115 m, pour une hauteur de 48,3 m (45 sous clef), l'édifice possédait les plus grandes voûtes au monde. Jusqu'alors, le record était détenu par la Gare Saint-Pancras de Londres, datant de 1868 et avec des fermes ayant une portée de 73 m pour une hauteur de 25 m. Les dimensions totales de l'édifice étaient de 115 × 420 m, soit une superficie de 8 hectares. Les surfaces vitrées quant à elles s'étendaient sur 34 700 m² (pour comparaison, le Grand Palais en a 14 900 m²). Son poids total était de près de 7 800 tonnes (la Tour Eiffel, elle, ne pesant "que" 7 300 t, le Grand Palais ayant quant à lui plus de 9000 t d'acier). Son coût final s'est élevé à près de 7,5 millions de francs (un peu moins que la Tour Eiffel, qui a coûté près de 8 millions).

1889_Galerie des machines_D’après photo M

Façade de la Galerie (gravure d'après la photo de H.-C. Godefroy)

Si la Galerie a été conçue par l'architecte Ferdinand Dutert , c'est l'ingénieur Victor Contamin qui était responsable de la conception technique de la galerie, notamment des calculs assurant l'intégrité structurelle des immenses arches. Les critiques ont longtemps salué l'aspect ingénierie – et le travail de Contamin – de l'édifice, même si ultérieurement, on a reconnu à Dutert l'exploit d'avoir pu combiner habilement esthétisme et ingénierie.

1889_Le_montage_des_fermes_de_la_Galerie_des_machines

Le montage des fermes de la Galerie des machines en 1888
(gravure L. Hugel, in Charles-Lucien Huard, Livre d'or de l'Exposition. L. Boulanger, 1889)

L'Histoire a tendance à ne retenir de l'Expo de 1889 que la Tour Eiffel, mais la Galerie des machines aura su émerveiller les millions de visiteurs qui ont arpenté les allées sous sa haute voûte. Diverses attractions étaient d'ailleurs prévues pour admirer tant les inventions des exposants que la structure générale de l'édifice.

1889_Galerie des machines_interieur

Un belvédère avec ascenseur, pour admirer d'en haut la galerie dans toute sa longueur

1889_Galerie_des_machines

Un des ponts roulants qui permettaient de passer d'un côté à l'autre de l'édifice, au niveau des balcons intérieurs (le "promenoir des machines") qui flanquaient les côtés longs de l'édifice à 8 m de hauteur
(in Charles-Lucien Huard, Livre d'or de l'Exposition. L. Boulanger, 1889)

La Galerie des machines, après avoir servi pour l'Exposition universelle de 1900 – une immense salle de spectacle y fut installée au centre, pouvant accueillir 15000 personnes –, fut réutilisée par la suite comme vélodrome, avant que sa démolition ne soit finalement actée, en 1909-1910.

1900_salle des fêtes02

La salle des fêtes, au centre de la Galerie des machines, lors de l'Exposition universelle de 1900. Dans les deux côtés restants de la galerie fut installée, étonnament, la section Agriculture et aliments. Divers petits pavillons à l'architecture hétéroclite et rurale, illustrant la diversité des régions françaises, se dressaient sous l'immense voûte...

1910_Destruction galerie des machines

La destruction de la Galerie en 1910...

Plus d'infos (voir la page Références) :
» Paris et ses expositions universelles, collectif, Éditions du Patrimoine (catalogue de l'expo à la Conciergerie 2008-2009).
» Sur les traces des expositions universelles, Sylvain Ageorges, éditions Parigramme, 2006.
» Page Wikipedia française et anglaise


18 mai 2015

Sauvons la gare Lisch !

Je vous avais déjà parlé de la gare du Champ-de-Mars dans ce précédent post. Conçue pour l'exposition universelle de 1878 par Juste Lisch, et réutilisée pour l'exposition universelle de 1889, elle avait été remplacée pour l'expo de 1900 par la gare des Invalides (qui sert aujourd'hui de terminal d'Air France). La gare du Champ-de-Mars, elle, a été déplacée hors de Paris, entre Asnières et Bois-Colombes.

Gare Lisch

Bien que faisant partie de l'inventaire supplémentaire des monuments historiques, cette gare est aujourd'hui dans un état de délabrement avancé. Je peux vous dire que son état est aujourd'hui encore pire que celui représenté sur mes photos de 2012, et l'établissement de nouveaux bâtiments de la SNCF en préfabriqué devant la façade arrière accentue son isolement, la rendant de moins en moins visible depuis la ligne de chemin de fer.

Depuis quelque temps, l'organisme Fonds de dotation Gare Lisch – Opération Renaissance cherche à sauver la gare d'un projet de déplacement suivi d'un probable déclassement. Via un premier projet participatif de sensibilisation (affichage des portraits de nombreux citoyens mobilisés pour la sauvegarde du bâtiment), une pétition et une proposition de projet de réhabilitation du bâtiment pour en faire la "Cité du voyage", Gare Lisch – Opération Renaissance propose une solution réaliste et intéressante pour ce petit patrimoine souvenir des expositions universelles du 19e siècle.

Printemps de la Gare Lisch

Pour signer la pétition et soutenir le projet de sauvetage de la gare, c'est par ici :

Garelisch.fr

Parrallèllement à cette action, la SNCF s'est engagée au début du mois à rénover la gare (communiqué de presse du 7 mai 2015, format pdf ), ce qui implique selon elle son démontage complet et sa réinstallation sur un autre site (plus d'infos sur le site Asnières Patrimoine ).

Edit du 16 septembre 2015 : le nouveau site d'implantation serait le bois de Vincennes, selon un article du Journal du Grand Paris (article payant), ce qui ne ravit pas les riverains d'Asnières et Bois-Colombes. Pour se tenir au courant, ne pas hésiter à consulter la page facebook de l'association Gare Lisch - Opération Renaissance .

19 octobre 2014

Tour Eiffel : visite du premier étage rénové

Voici quelques photos lors de mon passage au premier étage de la Tour Eiffel, nouvellement rénové. Pour rappel, la Tour Eiffel subissait un énième projet de rénovation pour redynamiser notamment son premier étage déserté par les visiteurs. Au menu : plancher de verre, nouveaux pavillons, nouvelles expos pour attirer les touristes.

Nous avions abordé dans ce précédent post le projet en lui-même, avec le dossier de presse du projet et quelques photos comparatives du premier étage au fil de ses évolutions, notamment en 1937 et en 1981. On avait déjà parlé des problèmes de refontes continuelles des pavillons de la Tour Eiffel dans ce post, qui peinent à trouver une identité pérenne et ne dénaturant pas la structure générale de la tour. Notamment, la refonte pour l'Exposition universelle de 1937 avait abouti à la destruction complète de la galerie extérieure pour la rapprocher du style monumentaliste de cette époque (Palais de Chaillot, couverture de la verrière du Grand Palais, etc.), ainsi que des pavillons de 1889. Si la galerie est restée plus ou moins intacte jusqu'à aujourd'hui, les pavillons se sont vus entièrement refaits une fois de plus en 1981. Et à nouveau en 2014.

On a pu apprécier une dernière fois l'ancienne version du premier étage dans ce post, puis découvrir quelques photos de l'avancement du projet dans ce post. Voici à présent ce qu'on peut découvrir en visitant le premier étage de la Tour Eiffel (cliquer sur les photos pour les voir en plus grand).

Le premier étage vu d'en dessous, avec son plancher de verre

Les pavillons du restaurant 58 et Ferrié vus d'en dessous

La terrasse sud (donnant sur l'Ecole militaire)

Le plancher de verre et la surface incurvée du pavillon Eiffel

Les pavillons 58 et Eiffel, et la façade incurvée du pavillon Ferrié

Vue de l'ensemble de l'étage depuis la terrasse sud

A l'intérieur du pavillon Ferrié (salle de conférence), et un pavillon d'accès au second étage par ascenseur

Vue à travers le plancher de verre, et façade du restaurant 58

Une longue vue, et vue de la coursive sud

Depuis l'intérieur du restaurant 58

Au menu de mes déceptions :

- Dans les bâtiments de 1981, il y avait des vitrines contenant tout un tas d'objets des Expositions universelles de 1889 et 1900 (objets souvenirs essentiellement), vitrines qui ont visiblement complètement disparu ! Où sont passées les pièces ? Les touristes d'aujourd'hui n'en avaient-ils à ce point rien à faire pour qu'on les supprime ? Au profit de quoi ? Une buvette supplémentaire ?

- La boutique : l'ancienne boutique proposait pas mal de produits pour les amoureux de la Tour (sans forcément être un touriste étranger), comme des posters de photos anciennes et d'autres produits qualitatifs. Visiblement, une bonne partie de cette offre a disparu au profit de tout un tas de goodies colorés et kitchs...

- La balustrade intérieure a disparu : pour construire le plancher de verre et sa paroi de verre, il a été nécessaire de démonter cette vieille balustrade qui, au regard des photos d'époque, datait visiblement de 1889... Une partie de plus de la structure originelle qui s'en va... Bon, d'un autre côté, je comprends qu'il faille faire des sacrifices si on veut innover et que cette balustrade n'était pas non plus la pièce la plus importante de la tour, mais c'était néanmoins une petite partie de son âme...

Ce qui m'a plu :

- je trouve les nouveaux pavillons globalement insipides et sans rapport avec l'âme de la tour : couleur, matériaux, ornementations... De plus, leur allure plutôt massive et penchée vers l'intérieur a tendance à écraser le centre de la tour, bien qu'allégé avec le plancher de verre. Enfin, leurs façades se voient trop fortement d'en bas (grandes baies vitrées qui reflètent la lumière, voir la seconde photo). Ceci dit, ces parois vitrées aux courbes élancées renvoient astucieusement les poutres métalliques de la tour, dans un bel effet de miroir déformé, qui a tendance à sublimer la ligne de la tour plutôt que de la dénaturer. Pas si mauvais.

- Bon, ok, le plancher de verre fait quand même son petit effet ;) Et vu d'en bas, il apporte une certaine légèreté à l'ensemble !

Posté par vorador2116 à 20:58 - - Commentaires [0]
Tags : , , ,
28 avril 2013

Projet de rénovation de la Tour Eiffel au Pavillon de l'Arsenal

Le projet de rénovation du premier étage de la Tour Eiffel, dévoilé en 2011 dans cet article, est actuellement largement détaillé dans une exposition au Pavillon de l'Arsenal , où est présentée entre autres une maquette du projet de l'agence d'architecture Moatti-Rivière. Je vous invite à aller y faire un tour.

projet de rénovation de la Tour Eiffel

L'état d'avancement des travaux :

Etat d'avancement des travaux

Etat d'avancement des travaux

» Exposition au Pavillon de l'Arsenal
du 30 mars 2013 au 30 juin 2013
Entrée libre

Posté par vorador2116 à 13:04 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,
14 mars 2013

Image du jour : Dôme central, de Louis Béroud (1889)

Visible au Musée Carnavalet, cette oeuvre de Louis Béroud (1852-1930) représente l'intérieur du Dôme central, construit pour l'Exposition universelle de 1889. Celui-ci était situé sur le Champ de Mars (photo aérienne visible ici), face à la Tour Eiffel, et donnant sur la Galerie des machines. Si les surfaces intérieures étaient richement ornées de moulages en stuc et de peintures, la structure globale de l'édifice était en métal et en verre. En arrière-plan, on distingue bien la façade vitrée donnant sur le Champ de Mars, et au fond, un des pieds de la Tour Eiffel.

1889_Dome central_Louis Beroud_02

Louis Béroud a également peint une vue de la Galerie des machines (Site de Drouot ) :

1889_Louis Beroud_Galerie des machines

» Plus d'infos sur Louis Béroud : page Wikipedia .


04 décembre 2012

Image du jour : Exposition universelle de 1889, promenoir des machines

Vue aérienne de l'exposition universelle de 1889

Voici une vue du "Promenoir des machines" de l'exposition universelle de 1889. Je me suis un temps demandé de quel dôme il s'agissait, car à la vue de la photo aérienne suivante, il n'y en avait que trois en 1889, dont le dôme central. Les deux autres se trouvaient au centre du Palais des Beaux arts et du Palais des Arts libéraux, et ce n'était sûrement aucun de ces deux dômes :

Vue aérienne de l'exposition universelle de 1889

Ceci dit, selon le site d'où provient la photo, il s'agissait en fait d'un plus petit petit dôme situé au bout de la galerie des 30 mètres, entre le Palais des expositions diverses et la grande Galerie des machines, au fond sur la photo aérienne, soit au bout de la galerie qui prolonge le Dôme central (le grand dôme au centre de la photo). Le grand escalier menait au second étage de la galerie des machines, une large galerie qui ceinturait toute la galerie, comme on peut le voir sur cette photo.

On remarquera sur cette photo du promenoir la présence du vaste ensemble de chevaux marins de Bartholdi, fontaine dite du "char triomphal de la Garonne" qui se trouve désormais sur la place des Terreaux à Lyon . Projet initié en 1857 et initialement prévu pour se trouver sur la place des Quiconces à Bordeaux, il ne fut réalisé qu'en 1889, soit après la Statue de la Liberté, puis acheté par la ville de Lyon pour siéger sur la place des Terreaux, face à l'Hôtel de ville. La fontaine sera ensuite déplacée en 1992 pour se retrouver face au Palais des Beaux arts, puis classée monument historique en 1995. Ce groupe était à l'origine une allégorie de la Garonne, de la Dordogne, et des quatre principaux affluents de la Garonne, avant de célébrer la Saône...

Sources :
» Brown University Library
» une page très intéressante sur le site de la Brown University Library sur l'ensemble des expos universelles de Paris, avec de nombreux documents en ultra haute définition !
» Article Wikipedia sur la fontaine Bartholdi

26 septembre 2012

Projet Paris 3D Saga et Exposition universelle de 1889

Paris 3D Saga

On en entend parler un peu partout depuis quelques temps, le projet Paris 3D Saga nous proposera, à partir du 29 septembre, et via un certain nombre de supports (site web, expo, émission, livre, appli mobile...) de contempler Paris à diverses époques, de l'Antiquité à l'exposition universelle de 1889. C'est surtout cette dernière reconstitution qui nous intéressera particulièrement et qui contribuera sans aucun doute à faire rappeler aux Parisiens et aux Français en général l'ambiance de ces Expos hors du commun, qu'on a un peu tendance à oublier, 120 ans plus tard...

Paris 3D Saga

Vue du Champ de Mars depuis le Trocadéro, en plein préparatif

Paris 3D Saga

Vue des palais de l'expo depuis le premier étage de la Tour Eiffel

Paris 3D Saga

Vue du Champ de Mars depuis le haut de la Tour Eiffel, avec la Galerie des Machines, tout au bout

1889, c'est bien sûr la Tour Eiffel, mais c'est aussi la célèbre Galerie des machines, et bien d'autres constructions et palais gigantesques et éphémères, construits sur le Champ de Mars ou sur l'esplanade du Trocadéro. J'espère pouvoir faire prochainement un post plus conséquent sur cette expo (mais il faut d'abord que je réalise celui de l'expo de 1878 !).

La présentation sur la place de l'Hôtel de ville aura lieu le 29 septembre à 21h, et sera diffusée sur plusieurs écrans géants afin de donner une impression d'écran panoramique. En attendant, vous pouvez consulter :
» Le trailer
» Le site

(Toutes les photos présentées dans cet article proviennent de la vidéo promotionnelle du projet (Dassault Systèmes))

24 janvier 2012

Image du jour : la Galerie des Machines de l'expo de 1889

Exposition universelle 1889 Galerie des Machines
Exposition universelle de 1889 : la Galerie des Marchines
(longueur 420 m, largeur 115 m, hauteur 43,5 m)
(architectes Ferdinand Dutert et Charles Léon Stephen Sauvestre, ingénieur Victor Contamin)

11 novembre 2011

Visite de la Tour Eiffel avant les futures rénovations

Comme je me l'étais promis, je suis retourné à la Tour Eiffel avant la future rénovation du premier étage prévue pour le début de l'année 2012 (plus d'info sur le post Tour Eiffel : une nouvelle rénovation bientôt).

Cela faisait près de 15 ans que je n'y étais pas retourné, et si j'en ai toujours gardé un bon souvenir, il y a tout un tas de choses dont je ne me souvenais plus trop. Et en particulier le premier étage, apparemment délaissé par la plupart des visiteurs, et qui, malgré la rénovation annoncée, a revu entièrement son espace souvenir, assez complet (pas que des trucs pour touristes, j'y ai d'ailleurs trouvé le livre de Ageorges, Sur les traces des expositions universelles).

J'ai rajouté un album avec quelques photos de plus ou moins bonne qualité de mon ascension de la Tour Eiffel, dont voici un aperçu (cliquez sur les photos pour les voir en plus grand). Vous pourrez le consulter en totalité en cliquant sur la vignette à droite : 2011 Tour Eiffel
2011 Tour Eiffel

Tout d'abord, l'arrivée depuis le Trocadéro :

Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel

Puis l'ascension vers le deuxième étage, et directement ensuite vers le troisième étage :

Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel

Panorama et vues du troisième étage (le temps n'était pas au beau fixe) :

Tour Eiffel Tour Eiffel

Retour vers le deuxième étage :

Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel

Puis un peu de temps passé au premier étage (c'était le but originel de la visite après tout) :

Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel

Et enfin la descente jusqu'au sol, la nuit tombée :

Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel
Tour Eiffel Tour Eiffel Tour Eiffel

Je m'étais souvent scandalisé de la réfection de la Tour Eiffel pour l'exposition universelle de 1937 (voir le post De la Tour Eiffel au Palais de Chaillot), mais quand j'ai revu ces coursives, la nuit tombée, avec son éclairage orangé enrobant le métal de couleurs chaleureuses, je ne peux réfuter la grandeur et le caractère élancé qui s'en dégage.

Premier étage Tour Eiffel 2011 Premier étage Tour Eiffel 1889
Coursive en 2011                           Coursive en 1889

Partir de jour pour la Tour Eiffel et faire ensuite la descente par les escaliers au fur et à mesure que la nuit tombe donnent deux visions bien différentes de l'édifice, et les détails s'en dégagent bien distinctement.

Je sens que je vais quand même rester un peu nostalgique de l'actuel premier étage, que j'apprécie bien. Les bâtiments s'intègrent bien dans l'édifice, mélanges de modernité et d'imitation ancienne, même s'ils sont en fait plutôt récents (années 80 je crois). Les nouveaux édifices seront sûrement mieux conçus, plus spacieux, révèleront davantage les structures internes de l'édifice, mais ceux présents ont quand même un petit charme. Si les prochains pavillons sont conformes aux maquettes dévoilées, ils vont à mon sens paraître bien fades (lignes épurées, tout en verrière, etc.) et trop dans l'architecture des années 1990-2000. J'aurais préféré qu'ils intègrent davantage d'éléments de décor qui rappellent la Tour Eiffel et les constructions métalliques du 19e siècle. J'espère qu'ils arriveront néanmoins à s'intégrer judicieusement dans le décor, et qu'ils ne paraîtront pas trop "posés" sur le plateau du premier étage.

Quant à la coursive refaite en 1937, il semble qu'elle soit conservée, et si j'aurais apprécié revoir celle de 1889, je me dis que c'est quand même bien comme ça. Et en ce qui concerne les verrières des escaliers elles seront tout simplement complètement détruites pour être refaites dans le style des nouveaux pavillons !

Bref, si vous êtes parisien et que, comme moi, ça fait des années que vous n'y êtes pas allé, n'hésitez pas, et retournez-y ensuite en 2012 pour faire la différence ! Et pour ceux qui n'y sont jamais montés, je vous conseille vraiment d'y aller au plus tôt, afin de vous faire une idée de cet actuel premier étage (vous aurez tout le temps de voir la version remaniée par la suite !)

Posté par vorador2116 à 16:11 - - Commentaires [0]
Tags : , ,
16 octobre 2011

Expositions universelles : dimensions comparées des palais

Ca fait déjà un certain temps que je travaille dessus et il y aura encore des améliorations à venir, mais voici déjà une première version d'un plan où sont placés, vus de dessus, différents bâtiments des expositions universelles, à la même échelle, afin de pouvoir faire une comparaison de leur taille au sol. La seconde image indique, à titre de comparaison, les dimensions de deux des plus grands bâtiments actuels : le Pentagone aux USA et le Palais du Parlement de Bucarest commandé par Ceausescu, en Roumanie.
(Cliquez sur les images pour en voir les tailles plus grandes.)

Plan comparé des bâtiments des expo universelles

Plan comparé des bâtiments des expo universelles

On y voit un certain nombre de constructions dont on a déjà parlé, et quelques autres nouvelles (New-York, Chicago, Dublin) :
- 1851 : le Crystal Palace de Londres, une des plus grosses constructions éphémères, et le précurseur de bien d'autres bâtiments monumentaux
- 1853 : le Crystal Palace de Dublin pour la Great Industrial Exhibition
- 1853 : le Crystal Palace de New York pour la Exhibition of the Industry of All Nations
- 1855 : le Palais de l'Industrie
- 1855 : la galerie des machines, sans conteste la plus longue construction bâtie pour une expo universelle
- 1867 : le Palais Omnibus, qui détrône largement tous ses concurrents à l'époque
- 1878 : le Palais du Trocadéo, un peu "étranger" à cette comparaison puisqu'il ne s'agit pas vraiment d'une construction "éphémère", en fer forgé et constitué des galeries/verrières propres aux autres constructions. Mais c'est pour se faire une idée
- 1878 : le Palais du Champ-de-Mars, nouveau record, monstre énorme dans lequel toutes les autres constructions pourraient rentrer, peut-etre à l'exception du Palais Omnibus, légèrement plus large
- 1889 : la Tour Eiffel, Ovni dans cette comparaison puisque ses dimensions au sol ne font pas honneur à sa hauteur
- 1889 : la galerie des machines, avec sa très large portée et ses piétements extrêmement fins. On y reviendra plus tard
- 1893 : le Manufactures and Liberal arts building de l'expo de Chicago, expo qui contenait un grand nombre de pavillons et "petites" constructions, mais relativement peu de vastes bâtiments, excepté celui-ci dont j'ai trouvé pour le moment relativement peu d'indications. Il est vaste, mais avec une superficie légèrement plus faible que celle du Palais Omnibus
- 1900 : le Grand Palais, seule construction de l'expo de 1900 à être assez monumentale (les autres sont essentiellement des juxtapositions de pavillons et galeries enchevêtrées difficiles à scinder), à peine plus grand que le Palais de l'industrie

On se rend compte à quel point certaines constructions sont toutes petites en comparaison d'autres. En se promenant dans Paris, on peut se montrer subjugué par la taille du Grand Palais, dont on peut voir la grande verrière sur les ponts de la Seine presque jusqu'au Pont Neuf. Ce Grand Palais paraît bien petit face à certains autres. Bien entendu, la renommée d'une construction ne se fait pas uniquement par ses dimensions ;) Et certaines énormes constructions sont des réussites architecturales bien plus médiocres que certaines plus petites, mais cette comparaison a quand même le mérite d'aider à s'imaginer les bâtiments les uns à côté des autres, voir à côté de bâtiments modernes comme le Pentagone, à peine plus grand que le Palais Omnibus...

Cette étude sera sans aucun doute étoffée par la suite (quelques approximations à réduire, et j'envisage de faire la même chose sur la hauteur des batiments ce qui pourrait être également constructif).

En attendant, voici une seconde version qui donne une vision différente de la chose. Des codes couleur y indiquent les constructions datant de la même époque ; les bâtiments français sont en bas, les étrangers en haut.

Plan comparé des bâtiments des expo universelles