12 novembre 2016

Spectaculaire Second Empire, au musée d'Orsay

Affiche Spectaculaire Second Empire

L'exposition Spectaculaire Second Empire, au musée d'Orsay , apporte un éclairage intéressant sur cette époque pleine de transformations et de grands projets architecturaux. J'aurais aimé un peu plus d'éléments sur les deux Expositions universelles qui ont été organisées par le régime impérial en 1855 et en 1867, qui ont vu la construction du Palais de l'industrie, sur les Champs Elysées, et du Palais Omnibus sur le Champ de Mars ainsi que d'autres structures éphémères participant à une course au gigantisme et au spectaculaire pour illustrer les richesses et les avancées technologiques du Second Empire, mais seules quelques photos sont présentées dans l'expo (dont une présentant une galerie annexe du Palais de l'industrie, que je ne connaissais pas, et qui montre donc un autre point de vue que l'habituelle grande verrière centrale).

Il y a néanmoins plein d'autres choses très sympathiques à voir, dont plusieurs tableaux relatant la construction du canal de Suez, et pour rester dans le sujet de ce site, on pourra également profiter de quelques représentations de l'intérieur du Château de Ferrières , qui a été construit entre 1855 et 1859 pour le compte du baron James de Rothschild par un certain... Joseph Paxton ! Le papa du Crystal Palace (1851), rien que ça. Certes, ce n'est pas une architecture métallique, mais selon la page wiki, l'escalier d'honneur du château serait une réplique de celui du Crystal Palace, ce qui rend déjà la visite du château pertinente.

» Spectaculaire Second Empire , Musée d'Orsay, du 27 septembre 2016 au 15 janvier 2017.


16 octobre 2011

Expositions universelles : dimensions comparées des palais

Ca fait déjà un certain temps que je travaille dessus et il y aura encore des améliorations à venir, mais voici déjà une première version d'un plan où sont placés, vus de dessus, différents bâtiments des expositions universelles, à la même échelle, afin de pouvoir faire une comparaison de leur taille au sol. La seconde image indique, à titre de comparaison, les dimensions de deux des plus grands bâtiments actuels : le Pentagone aux USA et le Palais du Parlement de Bucarest commandé par Ceausescu, en Roumanie.
(Cliquez sur les images pour en voir les tailles plus grandes.)

Plan comparé des bâtiments des expo universelles

Plan comparé des bâtiments des expo universelles

On y voit un certain nombre de constructions dont on a déjà parlé, et quelques autres nouvelles (New-York, Chicago, Dublin) :
- 1851 : le Crystal Palace de Londres, une des plus grosses constructions éphémères, et le précurseur de bien d'autres bâtiments monumentaux
- 1853 : le Crystal Palace de Dublin pour la Great Industrial Exhibition
- 1853 : le Crystal Palace de New York pour la Exhibition of the Industry of All Nations
- 1855 : le Palais de l'Industrie
- 1855 : la galerie des machines, sans conteste la plus longue construction bâtie pour une expo universelle
- 1867 : le Palais Omnibus, qui détrône largement tous ses concurrents à l'époque
- 1878 : le Palais du Trocadéo, un peu "étranger" à cette comparaison puisqu'il ne s'agit pas vraiment d'une construction "éphémère", en fer forgé et constitué des galeries/verrières propres aux autres constructions. Mais c'est pour se faire une idée
- 1878 : le Palais du Champ-de-Mars, nouveau record, monstre énorme dans lequel toutes les autres constructions pourraient rentrer, peut-etre à l'exception du Palais Omnibus, légèrement plus large
- 1889 : la Tour Eiffel, Ovni dans cette comparaison puisque ses dimensions au sol ne font pas honneur à sa hauteur
- 1889 : la galerie des machines, avec sa très large portée et ses piétements extrêmement fins. On y reviendra plus tard
- 1893 : le Manufactures and Liberal arts building de l'expo de Chicago, expo qui contenait un grand nombre de pavillons et "petites" constructions, mais relativement peu de vastes bâtiments, excepté celui-ci dont j'ai trouvé pour le moment relativement peu d'indications. Il est vaste, mais avec une superficie légèrement plus faible que celle du Palais Omnibus
- 1900 : le Grand Palais, seule construction de l'expo de 1900 à être assez monumentale (les autres sont essentiellement des juxtapositions de pavillons et galeries enchevêtrées difficiles à scinder), à peine plus grand que le Palais de l'industrie

On se rend compte à quel point certaines constructions sont toutes petites en comparaison d'autres. En se promenant dans Paris, on peut se montrer subjugué par la taille du Grand Palais, dont on peut voir la grande verrière sur les ponts de la Seine presque jusqu'au Pont Neuf. Ce Grand Palais paraît bien petit face à certains autres. Bien entendu, la renommée d'une construction ne se fait pas uniquement par ses dimensions ;) Et certaines énormes constructions sont des réussites architecturales bien plus médiocres que certaines plus petites, mais cette comparaison a quand même le mérite d'aider à s'imaginer les bâtiments les uns à côté des autres, voir à côté de bâtiments modernes comme le Pentagone, à peine plus grand que le Palais Omnibus...

Cette étude sera sans aucun doute étoffée par la suite (quelques approximations à réduire, et j'envisage de faire la même chose sur la hauteur des batiments ce qui pourrait être également constructif).

En attendant, voici une seconde version qui donne une vision différente de la chose. Des codes couleur y indiquent les constructions datant de la même époque ; les bâtiments français sont en bas, les étrangers en haut.

Plan comparé des bâtiments des expo universelles

28 août 2011

Exposition universelle de 1855 : d'hier à aujourd'hui

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
© ND / Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Il ne reste presque rien de la première exposition universelle française de 1855.
La France avait en tête le gigantesque Crystal Palace de Londres pour l'expo de 1851 et désirait faire encore plus majestueux.

L'expo universelle de 1855 s'étalait sur quatre grands édifices : le Palais de l'Industrie, donnant sur les Champs-Elysées, à peu près à l'emplacement des Petit et Grand Palais ; la rotonde du Panorama, directement reliée à l'arrière du Palais de l'Industrie par une courte galerie ; la longue galerie des machines, annexes sur la Seine, reliée elle-même à la rotonde par une galerie ; et enfin le Palais des beaux-arts, qui se trouvait un peu en marge, plus loin sur les Champs.

Exposition universelle 1855 plan
Plan général de l'expositon de 1855

Le Palais de l'Industrie (architecte Victor Viel, ingénieur Alexis Barrault) fut donc la première construction gigantesque qui fut bâtie à Paris pour accueillir les exposants du monde entier. C'était un édifice de métal et de verre, mais... dissimulé derrière de hauts murs de pierre de taille, afin de ne pas trop choquer la vue des passants. Au final, le bâtiment fut décrié pour sa lourdeur, sa forme imposante aux pieds même des Champs.
La verrière était à 35 mètres de hauteur, pour une nef d'une dimension totale de 192 m par 48, soit à peu près celle de l'actuel Grand Palais. La façade elle-même faisait 208 mètres de long et était flanquée aux quatre coins de gros pavillons. La superficie totale de l'édifice était de 2 hectares, soit 20 000 mètres carrés.

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
Le Palais de l'Industrie, entrée des Champs-Elysées
© LL / Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
Remise des récompenses au Palais de l'Industrie
© Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Exposition universelle 1855
Provost, Exposition universelle de 1855, vue de la grande nef du Palais de l'Industrie, 1855, Lithographie en couleurs, musée d'Orsay

Voici ci-après le plan de Paris de 1855 placé en superposition du plan actuel. On y voit bien l'emplacement qu'avait les différents bâtiments de l'exposition, et leur taille par rapport aux Petit et Grand Palais.

Exposition universelle 1855 Plan général

Exposition universelle 1855 Plan général
Plans de 1855 et d'aujourd'hui, superposés

 

Beaucoup plus petit que le Crystal Palace, le Palais de l'Industrie dut être complété par une très longue galerie, la Galerie des machines : 1 200 mètres le long de la Seine ! pour une hauteur de 17 mètres.

Exposition universelle 1855 Galerie des machines
La Galerie des machines le long de la Seine
© Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Exposition universelle 1855 Galerie des machines
La Galerie des machines
© Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Exposition universelle 1855 Galerie des machines
Intérieur de la galerie des machines pour une exposition agricole en 1856
© Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Il est difficile de trouver des informations précises et de belles photos de la rotonde dite du "Panorama". Il s'agirait d'un édifice de Jacques Hittorff construit en 1839 et intégré aux autres pavillons, puis détruit rapidement après l'expo. L'actuel Théatre du Rond-Point comme d'autres "panoramas" célèbres à Paris ne datent pas de l'expo.

Enfin, le Palais des beaux-arts était situé plus loin, avenue Montaigne, et fut lui aussi détruit peu après.

Exposition universelle 1855 Palais des beaux-arts
Façade du Palais des beaux-arts

 

Exposition universelle 1855 Palais des beaux-arts
Intérieur du Palais des beaux-arts
© LL / Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Le Palais de l'Industrie n'avait pas pour but d'être démoli aussitôt l'exposition terminée. Il servit à diverses expositions d'art et agricoles, mais aussi aux expos universelles de 1878 et 1889. Il ne fut démoli que pour être remplacé par les Petit et Grand Palais pour l'exposition de 1900.

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
Palais de l'Industrie pour une expo d'horticulture et de statues en 1857
© LL / Roger-Viollet. www.parisenimages.fr

 

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
Palais de l'Industrie pour une expo ultérieure

 

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie

Exposition universelle 1855 Palais de l'Industrie
Destruction du Palais de l'Industrie en 1899

 

Globalement, cette exposition universelle de 1855 fut déficitaire, avec un coût total de 11 340 000 francs pour une recette de 3 200 000 francs. 5 162 330 visiteurs furent recensés.
De cette exposition, dans Paris, il ne reste pas grand chose, à part un groupe de statues, "La France couronnant d'or l'Art et l'Industrie", qui se trouvait sur le fronton de l'entrée du Palais (à l'origine, le Palais de l'Industrie s'appelait Palais des beaux-arts et de l'Industrie, vu que toute l'expo devait y entrer). Ce groupe de statues, en mauvais était, peut être admiré au parc de Saint-Cloud, près de l'entrée du musée national de céramique de Sèvres.

On retrouve également une partie des structures métalliques du Palais de l'Industrie dans l'église notre-Dame-du-Travail, dans le 14e arrondissement, construite en 1899 pour les ouvriers du chantier monumental de l'expo de 1900, ainsi que dans certaines halles et usines d'Ile-de-France.

Il y a enfin l'ancien Pont de l'Alma, construit en 1854 et qui devait servir pour l'exposition (mais fut inauguré un an plus tard). Il contenait 4 gigantesques statues, dont une seule est encore présente sur l'actuel pont de l'Alma : le célèbre zouave qui sert d'instrument populaire de mesure des crues de la Seine. Le Chasseur à pied est visible depuis l'autoroute A4 contre le mur sud de la redoute de Gravelle dans le bois de Vincennes, à Joinville-le-Pont, le Grenadier est à Dinjon, et l'Artilleur est à La Fère.

Le plan ci-après donne l'emplacement grossier des éléments encore existants de l'exposition de 1851. Il faut cliquer dessus pour en voir une plus grande version.

Exposition universelle 1855 Localisation des vestiges aujourd'hui
Localisation actuelles des vestiges de l'expo de 1855

Sources :
article Wikipédia
expositions-universelles.fr : l'exposition universelle de 1855 et le Palais de l'Industrie